autrementditeditions@yahoo.fr   Place des archers, 3   B-7000 MONS - Belgique +32 (0)476 64 49 88 +32 (0)65 31 73 76
  •  
  •  
  •  

I     Presse écrite

 2006

 

 

Maurice Roux, dans Apfascope, décembre 2006, n°42, p.27.

Association des Professeurs de Français en Autriche.

 

 

Fondées par une poignée de passionnés, les éditions Autrement dit ont vu le jour en 1999 à Mons. Fidèle à son credo, cette maison d’édition belge « offre les plaisirs du texte et les musiques de la langue… » Si Hergé et Tintin s’adressaient à un public de 7 à 77 ans, celui d’Autrement dit est âgé de 3 à 103 ans aux dires de Jean Lieffrig son directeur. Ce romaniste, agrégé de lettres a su s’entourer d’une équipe aussi dynamique que brillante : un preneur de son fabuleux, une brochette d’excellents comédiens, une pléiade d’admirables musiciens.

 

« Ecoutez lire », à pied à cheval ou en voiture. « Ecoutez lire », la nuit, le jour, à tout moment. « Ecoutez lire », en bricolant, en repassant, en conduisant ou tout simplement, au calme, chez vous, en vous relaxant. En effet, Autrement dit propose un choix de livres-CD aussi vaste qu’exigeant. Ce catalogue d’une richesse incroyable s’organise en trois domaines : les romans ou nouvelles à voix nue, les spectacles enregistrés alliant poésie et musique, la poésie à voix nue ou les chansons du monde peu connues. Littérature et correspondance, histoire et témoignages, enfance et musique, tout y est…

 

On pourrait craindre que ces enregistrements, proches de la perfection, ne répondent à un choix pédant et ne soit destiné qu’à un cénacle de lettrés et de musicologues, nostalgiques d’une tradition tombée en désuétude. Pas si perdue que cela si l’on songe que les K7, CD, Ipod et autres MP3 ont remplacé les 45 tours des années soixante. Et bien que les médias n’en parlent pas assez, la transmission du patrimoine littéraire et artistique passe et perdure par la voix. Les jeunes aiment ce qui bouge, ce qui chante et interpelle et ils ne sont pas indifférents, loin de là, à la belle ouvrage.

 

En cette année mozartissime, merci à Isabelle Profeta* de nous avoir fait découvrir Notes et lettres de Mozart, un CD où se mêlent habilement les musiques du plus grand génie musical de tous les temps et sa correspondance parfois drôle, impertinente, primesautière ou tragique lorsqu’il évoque la mort de sa maman… Des « notes » épistolaires et musicales qui nous rendent Mozart plus intime.

 

Mais cette année touche à sa fin et 2007 c’est demain. Laissons-nous alors inspirer par un catalogue pléthorique, partons débusquer de petites merveilles et cédons à des coups de cœur imprévus.

 

*Isabelle Profeta est Attachée économique et commerciale pour la Région Wallonie près l’Ambassade de Belgique à Vienne.

 

 

 

 

 

 

Rétroviseur magazine, n° 104, juin-septembre 2006. Rubrique « A voix haute ». [avec photos de Jean Lieffrig et couvertures de trois CD d’Autrement dit]

 

Les poètes, bien heureusement, ne sont pas les seuls à s’intéresser à la poésie. Cette rubrique est ouverte aux acteurs culturels qui, par leurs activités artistiques et professionnelles – souvent même bien au-delà -, font parfois autant sinon plus que les poètes pour que la poésie reste une langue vivante. Ils sont ici chez eux pour nous dire leur expérience.

 

Autrement dit, maison d’édition sonore fondée par Jean Lieffrig

 

Lire avec les oreilles

 

« A voix haute »… Pouvais-je rêver meilleure rubrique pour évoquer mon métier et ma passion, la transmission de la littérature par son support originel qu’est la voix humaine ? Car, en effet, la littérature, c’est d’abord l’oralité. L’homme a parlé avant d’écrire et pendant des siècles il a imaginé et raconté des histoires, des contes, des épopées, par un double chemin, de la bouche aux oreilles, et de génération en génération. Aujourd’hui, l’imprimé a pris tellement d’importance que nous nous éloignons de la vraie saveur de la langue. Pourtant, de nombreux auteurs ont dicté leurs œuvres, et certains – malgré l’arrivée de l’informatique – perpétuent cette méthode aujourd’hui. Certains n’ont jamais « écrit » et dictaient à leur secrétaire. D’autres, tel Flaubert, ont toujours vocalisé leurs œuvres. Quand on écrit et qu’on écrit bien, le texte se met en bouche comme un vin. Proust, que l’on croit l’écrivain le plus écrit, le plus « papier » que l’on puisse imaginer, lisait à voix haute son œuvre à ses amis. Autrement dit, c’est le plaisir de retrouver les « Il était une fois… » de notre enfance et l’origine du Verbe.

C’est donc le fervent désir de faire partager mon amour pour la langue française et de redonner aux lecteurs le goût de la littérature et du mot juste qui m’a poussé à créer une maison d’édition spécialisée en livres-audio. Mais l’attrait pour la lecture orale des œuvres littéraires est en moi depuis toujours. Captivé par mon instituteur qui nous lisait de longs extraits de livres, impressionné par le développement des cassettes littéraires aux Etats-Unis comme en Allemagne dès les années soixante, intrigué par l’émergence de cette technique en France, je n’ai eu de cesse de m’y atteler à mon tour en Belgique francophone où, hormis quelques tentatives avortées, rien n’avait vu le jour. Ma rencontre avec Antonio Da Palma, preneur de son qui avait déjà une expérience dans la réalisation de cours de langues, m’a persuadé de me lancer, en 1999, dans l’aventure donquichottesque d’Autrement dit.

 

La poésie… à voix nue ou en musique ?

               

Pour démarrer l’entreprise, nous avons eu la chance de convaincre Alain Carré, lecteur hors pair, dont la voix chaude et chaleureuse est bien connue, entre autres, des auditeurs de France Culture. Aujourd’hui, il continue à collaborer régulièrement avec nous. En six ans d’existence, Autrement dit a accueilli de nombreuses voix comme celles de Nathalie Ponlot, Lara Cowez, Irène Coran, Michèle Vègairginski, François Mairet, Bernard Petit, Sandrine Bonjean,… Je suis toujours soucieux d’offrir aux jeunes talents qui me sollicitent la possibilité de s’exprimer. Récemment, j’ai été très sensible aux timbres de Céline Cambier et d’Alexa Parr. Elles ont déjà enregistré plusieurs titres.

Ce sont en effet uniquement les « coups de cœur » qui motivent mes choix, tant pour les récitants que pour les œuvres appelées à être lues. Le catalogue d’Autrement dit compte aujourd’hui une centaine de titres, reflétant à la fois une exigence certaine et une volonté d’éclectisme. Je n’exclus aucun genre, je traverse volontiers toutes les époques, et j’essaie de dépasser toutes les frontières, m’intéressant à tous les auteurs, francophones ou non, célèbres ou débutants... Le roman est ainsi représenté : Le Chancellor et Le Rayon vert de Jules Verne, Un mâle de Camille Lemonnier, La disgrâce de J.-S. Bach de Jean-François Robin, Le bal du Comte d’Orgel de Raymond Radiguet, Bruges-la-morte de Georges Rodenbach, Diotime et les lions de Henry Bauchau, Eléonore  à Dresde de Hubert Nyssen, et bien d’autres titres. Les chroniques : Les Chroniques italiennes de Stendhal. Les correspondances : celle de Flaubert (En écrivant Madame Bovary), celle de Sand (Lettres d’un voyageur, à Musset et à Liszt), celle de Berlioz (Le monde est un théâtre), celle de Victor Hugo (La Belgique selon Victor Hugo)… Les mémoires : ceux de Gisèle d’Estoc, la maîtresse de Maupassant (Cahier d’amour). La jeunesse : La Fontaine (Le Musicien et le fabuliste), Sand (La Fée aux gros yeux), Babar, Pierre et le loup, Perrault (Peau d’âne)… Les nouvelles : Elisa Brune (Fissures), Alphonse Daudet et Paul Arène (Contes et nouvelles de Provence), Bloy, Huysmans, Maupassant (Les Décadents I et II)… La littérature médiévale : Tristan et Iseult,…

Et bien sûr : la poésie ! A laquelle je fais une large part dans le catalogue d’Autrement dit, car la nécessité de lire à voix haute me semble d’autant plus vraie pour ce genre. De fait, cet exercice ne tolère pas la médiocrité : un poème n’est réussi que si chaque mot, chaque virgule, chaque silence sont à leur place. Les recueils entièrement lus à voix « nue » ont un charme particulier. Sous cette forme, j’ai publié, par exemple, un parcours dans Le Coffret de santal et Le Collier de griffes de Charles Cros, le fameux inventeur du phonographe. A voix nue, Autrement dit accueille également les plus grands poètes symbolistes, d’Emile Verhaeren (l’intégrale des Heures) à Max Elskamp (Chansons), les poètes contemporains, tel Ménaché et son Excès de naissance, les romantiques comme Lamartine (Florilège poétique), etc.

La publication d’œuvres poétiques (en intégrale ou en anthologie), de même que celle de correspondances, m’a conduit peu à peu à insérer la musique dans le travail éditorial, de façon à créer un dialogue entre les mots et les notes. Un ensemble de textes brefs rend plus facile et plus naturelle ce type d’échange, d’autant plus que la poésie, étant elle-même une émanation musicale de la langue, appelle la musique. Cependant, je veille toujours à ce que celle-ci soit une vraie valeur ajoutée, plutôt qu’un accompagnement « plaqué » sur le texte : la musique doit faire sens et doit répondre aux mots. Parmi ces titres, citons Une saison en enfer, Les Nuits médiévales (Villon, Rutebeuf, etc.), Erostratos de Roggeman, etc. Notre équipe développe par ailleurs une série d’anthologies poétiques et musicales consacrées chacune à un thème choisi : les animaux, les arbres (Arbres, je vous aime, où la voix d’Eveline Legrand répond à la flûte de Marc Grauwels), le vin, la femme, le peuple arménien,… Tous ces titres ayant les honneurs d’excellents musiciens comme Christelle Lanord, Maryse Scorza, Dominique Cornil, Philippe Chanon, Pierre Aram-Nazarian, Marc Grauwels,…

Autrement dit est aussi devenu un label musical, par la production d’albums de chanson française (Chryso chante les textes de Ghelderode et d’Apollinaire, Bernard Degrave interprète ceux de Michel Cliquet,…), de fado, de chanson grecque contemporaine (Photis Ionatos, dont il a été question dans le Rétroviseur de septembre),… Comme François-Xavier Farine le disait dans ce numéro, « la poésie ne se circonscrit pas à elle-même » et englobe aussi la « chanson de qualité », et de citer Souchon, Djian, Delerm… Autrement dit étend ainsi la poésie à d’autres formes.

 

Plaisir des images, des mots et des sons !

 

A l’alliance des mots et de la musique, j’ai voulu ajouter le plaisir des yeux. La découverte du talent d’Odile Santi, jeune illustratrice lilloise, m’a poussé à lui proposer d’illustrer notre premier livre. C’est devenu Le Musicien et le fabuliste, livre élégant, magnifiquement illustré, mariant une sélection de fables – des incontournables aux moins connues –  de La Fontaine, lues par Alain Carré, aux pièces de Bach, interprétées par la claveciniste Maryse Scorza. Paru à l’automne 2004, ce bel ouvrage, comportant textes, images, et CD, rencontre un important succès au point que nous venons de le ressortir.

Portée par cette réussite, notre équipe vient de sortir un nouveau livre+CD : La Fée aux gros yeux, de George Sand. Il s’agit d’une nouvelle peu connue où l’on découvre comment une personne myope voit mieux que quiconque… Dans un univers féerique, empreint de suspense, des mondes merveilleux surgissent grâce aux différences entre les gens. On retrouve le talent d’Odile Santi, la voix mélodieuse d’Alexa Parr, et une postface de Sylvie Veys, spécialiste de l’auteur.

 

Rétroviseur sur le futur

 

Cette année, l’aventure d’Autrement dit continue de plus belle. Notre équipe est sur le point d’accueillir un jeune universitaire qui bénéficie entre autres de l’expérience d’un stage dans la célèbre collection Poésie/Gallimard dirigée par le poète André Velter, lequel a d’ailleurs publié chez Autrement dit son vaste poème La Vie en dansant.

Du côté des nouveautés, nous avons sorti récemment, en poésie, La Belge de Cadix de Jean-Pierre Verheggen (interprété par l’auteur, avec des dessins sonores d’Antonio Da Palma) et Quadritude de Jean-Paul Darmsteter. Nos trois prochaines publications sont des extraits de la correspondance de Mozart (Notes et lettres de Mozart), de l’œuvre de Shakespeare (Un songe de Shakespeare), et du Voyage à motocyclette du Che. Tous ces titres font dialoguer le verbe et la musique. Egalement au programme : Balzac, Verlaine, Nerval, et l’un ou l’autre entretien avec des professeurs d’université (sur la Guerre d’Espagne, sur Balzac,…) Par ailleurs, nous poursuivons notre série livre+CD et, sous ce format, nous inaugurerons prochainement une nouvelle collection d’entretiens entre un spécialiste et un écrivain contemporain d’envergure internationale.

 

(présentation de JL en fin d’article :)

Jean Lieffrig, 40 ans, est le fondateur de la maison d’édition Autrement dit. Editeur de livres-audio (cassettes, CD, MP3, et livres+CD), il transmet son amour de la langue française et du patrimoine littéraire à toutes les générations, à travers un catalogue de haute qualité où la poésie occupe une place de choix. Son slogan : « le plaisir de la musique des mots ! »

 

Autrement dit

3, Place des archers, B-7000 Mons (Belgique).

Tél / fax : +32 65 31 73 76

www.autrementdit.net

 

Titres avec couvertures :

La Belge de Cadix, poésie, de et lu par Jean-Pierre Verheggen.

Femme, anthologie poétique, Autrement dit, 2005.

Notes et lettres de Mozart, correspondance, Autrement dit, 2006.

 

 

 

 

 

Michel Dagneau, in Le Bibliothécaire, n°4, octobre-décembre 2006.

 

LES TROIS MOUSQUETAIRES / Alexandre DUMAS. – Roman lu par Alain Carré

Mons : AUTREMENT DIT, 2006. – 3 CD MP3. – Isbn : 2-87445-030-8. – 32,50 €. – Il existe également une version en 20 Cd audio traditionnels dans 5 coffrets de 4 CD au prix de 99,99 €. –

 

Le lecteur :

Alain Carré, bien connu des auditeurs de France Culture, a relevé le fabuleux défi d’enregistrer chez Autrement dit, en première mondiale et en version intégrale, le chef-d’œuvre incontesté d’Alexandre Dumas publié en 1844: le roman de cape et d'épée le plus traduit au monde!                                                                                 Sa voix chaude et profonde nous entraîne dans ces extraordinaires aventures, pleines de liberté et de passions!

 

Le roman :

En garde! En 1625, le jeune Gascon d’Artagnan débarque à Paris, nanti des plus folles ambitions. Après un triple duel et un assaut contre les gardes du cardinal, il gagne la confiance d’Athos, Porthos et Aramis, célèbres mousquetaires du roi Louis XIII.

 

Les quatre compagnons sont amenés à sauver la reine Anne d'Autriche des manoeuvres perfides de Richelieu. En effet, sur une insinuation du cardinal, le roi a invité la reine à porter, au prochain bal de la cour, les douze ferrets de diamants qu'il lui a naguère offerts. Or, celle-ci a donné la précieuse parure à son amant, le duc de Buckingham… Les valeureux amis entreprennent un périple en Angleterre pour retrouver les joyaux, se ralliant autour de leur devise: «Tous pour un, un pour tous!»

D’Artagnan, fou amoureux de Constance de Bonacieux, fidèle femme de chambre de la reine, devra affronter avec les mousquetaires la magnifique, mais diabolique, Milady, redoutable agent du cardinal… Réussiront-ils, au terme d'un parcours semé d'embûches, à rapporter les ferrets pour que la reine les arbore au bal? Que deviendra la belle et bonne Constance? Milady échappera-t-elle toujours à la justice humaine? Voilà quelques-unes des intrigues dans lesquelles Dumas nous emmène à bride abattue!

Autrement dit, c’est la musique des mots, le plaisir de la langue ! Voici une merveilleuse manière de redonner au jeunes (et aux moins jeunes) l’envie de relire Dumas ; des heures de dépaysement dans un monde très différent de celui qui forme notre quotidien gris et triste. Que d’intrigues à dénouer, que de passages secrets à découvrir !

Autrement dit, 3 Place des archers, B 7000 Mons

 

 

 

Hugo Leblud in L'Echo du 13 décembre 2006

 

Faire partager le plaisir de la lecture 

 

édition 

Un catalogue riche d'une centaine de titres fait la fierté de cette maison d'édition unique en Communauté française.

C'est une première mondiale que nous fait découvrir d'emblée Jean Lieffrig, fondateur du label «Autrement dit», lorsque nous pénétrons dans les très modestes locaux de cette maison d'édition qui ne publie que des voix! Ainsi pour la première fois est mis sur le marché, en lecture intégrale (22 h 35!), «Les trois mousquetaires» d'Alexandre Dumas, le roman de cap et d'épée le plus traduit au monde.

Pour réaliser cette performance qui a pris plusieurs mois, «Autrement dit» a sollicité la voix chaude et profonde d'Alain Carré, bien connue des auditeurs de France Culture.

L'enregistrement des exploits de d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis est disponible dans deux versions différentes le coffret de 3 CD MP3 ou le coffret de 20 CD classiques, cette dernière configuration étant facturée trois fois plus cher.

Outre le très célèbre roman d'Alexandre Dumas, le label montois a produit cette année des «lettres de Mozart» toujours lues par Alain Carré et entrecoupées de morceaux musicaux interprétés par le quatuor Annesci.

Au catalogue encore depuis cette année, «Un songe de Shakespeare», sans négliger, pour un public ici plus large, des livres-CD, superbement illustrés, reprenant des fables de La Fontaine ainsi que des textes de George Sand.

Pour l'année 2007, Jean Lieffrig réservera à ses auditeurs quelques belles surprises avec notamment, outre la publication d'une oeuvre de Verlaine, une nouvelle première mondiale avec l'enregistrement d' oeuvres choisies du poète René Char dont l'éditeur et les ayants droit, d'abord réticents, se sont laissé convaincre par la qualité d'interprétation d'Alain Carré.

Enfin, le comité de lecture d'Autrement dit a sélectionné aussi des textes du poète namurois Saintonge.

Servir et non asservir la littérature

Un comité de lecture «très subjectif, qui fonctionne beaucoup au coup de coeur», concède Jean Lieffrig.

Le catalogue de l'éditeur montois est exigeant et ne veut céder en rien, sous aucun aspect (texte, lecteur, illustration sonore, fabrication) à la facilité. Les auteurs lus sont classiques ou contemporains, dans un répertoire certes très large, comprenant des écrivains majeurs comme Hugo, Stendhal, Lamartine, Perrault, Verne ou Rimbaud, mais aussi plus proches de nous avec Henry Bauchau, Hubert Nyssen et Elisa Brune. Même si «Autrement dit» n'a pas de concurrence dans l'espace francophone belge, le label montois s'impose des critères élevés. Ainsi, tous les lecteurs sélectionnés sont des professionnels (acteurs, comédiens, professeurs de conservatoire, etc.), «étant bien entendu», souligne Jean Lieffrig, «qu'ils travaillent ici pour servir la littérature et non l'asservir».

 

Production à flux tendu

 Autrement dit - question de moyens aussi - ne sollicitera par exemple jamais Jean Rochefort ou encore Lambert Wilson [il faut noter que ces deux exemples sont tirés de l’imagination du journaliste.  Jean Lieffrig n’a jamais fait mention de ces deux acteurs, d’autant plus qu’il admire beaucoup le talent de Jean Rochefort (nous pensons important de rendre à César ce qui revient à César)]  «avec le risque, bien réel ici, de voir la voix s'imposer, voire écraser le texte», précise notre interlocuteur.

«Autrement dit, c'est la musique des mots, le plaisir de la langue», résume Jean Lieffrig, romaniste de formation (UCL, 1987) qui, après des années consacrées à l'enseignement en Catalogne et dans le secondaire à Mons, a porté en 1999 la société sur les fonts baptismaux.

Un an plus tard sortait des studios d'enregistrement «Diotime et les lions» de Henry Bauchau, complété par un appareil critique signé par Myriam Wathée-Delmotte, spécialiste incontestée de cet auteur belge installé à Paris.

Souvent, les productions d’Autrement dit sont enrichies d'une postface confiée à un éminent spécialiste de l'auteur ou du texte lu. La marque, en quelque sorte, du label  Autrement dit.

Autour d'une équipe resserrée constituée essentiellement de techniciens indépendants,  Autrement dit s'est équipé d'outils de fabrication qui lui permettent de répondre aux commandes en flux tendu.

Le catalogue d'auteur est accessible par internet et autorise la prise de commande en ligne ainsi que le téléchargement des oeuvres.

Des partenariats noués avec des distributeurs spécialisés de premier plan autorisent une large diffusion du catalogue sur les marchés belge, français, suisse et canadien.

Grâce au support conjoint de l'Awex et de l'association belge des éditeurs,  Autrement dit a l'opportunité de se faire connaître dans les plus grands salons du livre.

Dévoreurs de livres

Si le marché du texte à voix nue est encore balbutiant dans les pays de culture latine «où l'écrit occupe encore une place quasi sacrée», juge Lieffrig, il n'en va de même aux états-Unis, dans les pays anglo-saxons en général ou encore dans le nord de l'Europe où le livre lu occupe depuis des années de très larges superficies sur les présentoirs des librairies.

«Il faut cesser aussi de croire que notre production ne s'adresse qu'à des aveugles ou des " fatigués de la lecture "», conclut Jean Lieffrig dont le public captif, comme la correspondance qu'il reçoit du monde entier en témoigne, est le plus souvent formé de… dévoreurs de livres soucieux de prolonger leur goût prononcé de la lecture à table, au volant ou en repassant!

Dans le 13e arrondissement à Paris, la librairie Mots et Merveilles du boulevard St-Marcel n'expose plus sur ses étagères que des livres sur CD.

La désacralisation de l'écrit est-elle en marche? 

Hugo Leblud

 

 

 

 

 

Michel Torrekens, in Le Ligueur, n°   , du 22 novembre 2006. Rubrique « Lire ». [avec photo couleur de la couverture du Dumas]

 

À découvrir : la parution de la lecture intégrale des Trois Mousquetaires, chef-d’œuvre incontesté d’Alexandre Dumas, aux Editions Autrement dit, maison d’édition belge spécialisée en livres-audio. C’est un véritable défi que les Editions Autrement dit ont relevé avec succès : c’est la première fois que le plus célèbre roman de cape et d’épée est enregistré en version intégrale ! Plus de 22h de lecture, par Alain Carré, une des voix les plus emblématiques des spectacles de lecture !

Rens. Sur le site www.autrementdit.net

Place des archers, 2 et 3  à 7000 Mons

 

 

 

Michel Defourny, in Le Ligueur, n°40, du 25 octobre 2006. Rubrique « Biblio Junior ».

 

Bibliothèques sonores

 

De plus en plus d’éditeurs accompagnent leurs livres d’un CD-audio. Même si, pour les plus jeunes, on peut préférer la voix des parents à celle des interprètes des disques, l’initiative ne manque pas d’intérêt.

 

Du côté des aînés, le disque peut révéler des œuvres littéraires peu souvent lues et dont on s’aperçoit, à l’écoute, qu’elles sont magnifiques et accessibles. Enfin, il arrive que le texte, les images et la musique se fondent en une création nouvelle et originale.

[…]

Des classiques de la littérature

D’autres éditeurs s’adressent à des auditeurs plus âgés ; ainsi « Autrement dit » a enregistré La Fée aux gros yeux de George Sand. L’un des contes que la châtelaine de Nohan, arrivée presque au terme de sa vie, avait destiné à ses petites filles. Le mystère y est intimement lié au merveilleux de la nature. Le récit est lu sans recherche d’effet et d’une voix juste, celle d’Alexa Parr. Les illustrations d’Odile Santi mettent en évidence quelques-uns des ressorts de la narration.